Réaction aux propos tenus dans la presse locale, ce jour par les représentants des verts

 Sylvain_Estager-150x150Des regrets ?

Les représentants des  verts ont choisi de fragiliser la liste d’union de la gauche. Ils ont offert un second tour à l’UMP et au FN. Ils ont fait disparaître leur mouvement du conseil municipal de Villeneuve d’Ascq, alors que la liste emmenée par G. Caudron réalisait l’un des plus beaux scores, pour un élu de gauche, au niveau national.

Tel est le constat qui s’impose à tous aujourd’hui.

Il convient toutefois de rappeler que les verts ne peuvent que feindre l’étonnement et la colère qui sont les leurs de ne pas avoir intégré la liste EPVA au second tour. La chose leur avait été signifiée dès lors qu’ils avaient eux même « claqué la porte » au rassemblement en juin dernier. Nous avions déploré à l’époque la démarche déloyale de ce parti, membre de l’exécutif municipal et le risque de second tour qu’il faisait courir aux forces de progrès, historiquement majoritaires dans la ville. Les verts ont persisté dans leur logique autocentrée. Nous leur avions alors signifié que dans l’hypothèse d’un second tour -sauf risque impérieux de voir la ville basculer à droite-  il n’y aurait pas de fusion de liste au second tour. Les choses ont été clairement actées à l’époque et toute dénégation de cette réalité ne serait que mensonge et reniement de la part des représentants des verts.

Tout au long de la campagne, EPVA  a construit un programme participatif avec l’ensemble des militants. Nous avons mené une campagne intense de terrain et nous avons pris toutes les décisions de façon collective.

Les résultats du premier tour n’ont pas permis aux verts de se maintenir au second tour. C’était l’objectif qu’ils s’étaient fixés, se basant sur les 15% réalisés lors des dernières cantonales et les plus de 20% réalisés lors des dernières régionales. C’est collectivement, avec l’ensemble des partenaires,  que la décision de conserver notre programme et notre liste en l’état, a été confirmée.

Les injonctions de Madame Rousseau et de certains de ses acolytes, à offrir des places aux verts sur la liste du second tour, n’ont effectivement pas eu prise sur notre collectif. Nous avons  respecté les règles fixées et les engagements pris, par l’ensemble des partenaires d’EPVA 2014, auprès des militants et de nos concitoyens.

Des projets ? Une vision ?

Membres de l’exécutif jusqu’au bout du dernier mandat, les verts proposent de mettre en œuvre demain ce qu’ils s’étaient engagés à faire hier, c’est-à-dire pendant le mandat qui vient de s’écouler… Si les déclarations de principe sont suivies par des actes, alors nous serons heureux de partager avec eux, sur le terrain, une même passion pour l’écologie au service de la ville et de ses habitants.

 

Nous précisons que sur la question des rythmes scolaires, qui est pointée du doigt, les verts ont validé aussi bien les réflexions de  fond que celles de forme qui accompagnent la mise en œuvre de la réforme. Membres de la majorité, ils n’ont jusqu’à l’installation du nouveau conseil, porté aucune critique sur la démarche engagée, qui est d’ailleurs toujours en cours de concertation.

Un conseil ?

Après avoir divisé le score de la gauche PS-EELV par deux lors de son parachutage raté à Valenciennes lors des législatives de 2012, après avoir conduit les verts à la disparition au sein du conseil municipal villeneuvois, Madame Rousseau dispense, avec une agressivité certaine, des conseils surprenants qui vont à l’encontre de la réalité du moment et du choix des électeurs.

Nous prenons bonne note des conseils de Madame Rousseau qui effectivement comme le souligne l’article, semble ne pas manquer d’air…

 

 

Au final, nous ne nous abaisserons pas à commenter les dérapages et les attaques sur la personne de Gérard Caudron, portées par Madame Rousseau et certains de ses colistiers. Que ce soit dans la presse ou par l’intermédiaire de tract « poubelle » comme celui distribué dans l’entre- deux- tours,  ces attaques qui se veulent blessantes témoignent du niveau au dessus duquel  les représentants des verts villeneuvois n’ont pas réussi à se hisser pendant les négociations et pendant la campagne.

Nous nous limitons à constater que ces attaques portent aujourd’hui sur celui qui était courtisé hier.

Nous prenons acte de cet état de fait qui conforte l’ensemble des partenaires dans la  décision de ne pas leur  accorder de places sur la liste du second tour.

Nous invitons les verts à se reprendre, à se montrer dignes des électeurs qui ont voté pour eux, à être à hauteur des causes qu’ils entendent défendre et surtout, à  assumer pleinement les conséquences de leur  stratégie individualiste.

 

Sylvain Estager

Président du groupe EPVA