Discours 70ème anniversaire massacre d’Ascq 13 avril 2014


10259380_10203544850524184_844926526_n 10255362_10203544803403006_632667260_n

Mesdames et Messieurs les membres des familles des 86 massacrés d’Ascq,

Mesdames et Messieurs les représentants des Corps Constitués,

Mesdames et Messieurs les élus municipaux et anciens élus municipaux villeneuvois,

Mesdames et Messieurs les élus nationaux, régionaux et départementaux, Monsieur le Député Honoraire, Madame la Député, Monsieur le Président du Conseil Général,

Mesdames et Messieurs les élus des communes voisines et des communes amies,

Chers enfants, qui, depuis hier soir, avez donné un sens particulier à notre commémoration,

Mesdames,

Messieurs,

Mes Chers concitoyens,

Il y a 35 ans, le 08 avril 1979, ici même, devant le Tertre, pour le 35ème anniversaire du Massacre d’Ascq, je commençais ainsi mon discours, (je cite) :

« 1er avril 1944 – 22h45 – Un convoi ferré roule à 25km/h. Une explosion se produit, quelques wagons déraillent et le train s’arrête…

Un quart d’heure passe où tout paraît calme puis brutalement des ordres fusent, stricts, précis et brutaux :

Des armes entrent en action.

Blottis dans leurs maisons, les habitants se demandent ce qui se passe.

Au fond d’eux-même, ils sentent la mort rôder.

Au fond d’eux-même ils sentent monter en eux les glaces de l’épouvante.

Deux jours plus tard un journal, « le Réveil du Nord », publiera dans la rubrique « Ascq Etat-Civil », la liste de 86 fusillés.

1 avril 1944 – L’épouvante s’est emparés des habitants d’Ascq et l’horreur les a frappés.

Ils ont découvert en une nuit tragique que l’enfer et la barbarie existaient et ce, après et avant bien d’autres cités martyrisées en France, en Europe et ailleurs dans le monde.

(fin de citation)

Mesdames, Messieurs, Mes chers concitoyens,

Nous voici donc aujourd’hui 13 avril 2014 une nouvelle fois rassemblés devant une page d’histoire, une page de l’histoire asquoise, une page tachée de sang.

Devant cette page de notre histoire asquoise tachée de sang, nous nous devons au souvenir,

un souvenir que nous devons aux victimes et à leurs familles,

un souvenir que nous devons à tous ceux qui ont vécu cette période sombre de notre histoire,

un souvenir que nous devons à tous les autres, plus jeunes, qui ignorent souvent le sacrifice de leurs aînés et les pages sombres de notre histoire.

Notre responsabilité est immense quand des conflits de toutes formes s’allument, tour à tour, « au gré des continents ».

A une époque où, un peu partout, dans le monde, au nom d’idéologies les plus diverses, on massacre, on torture, on emprisonne, Ascq nous le rappelle et les massacrés nous le crient du fond de notre mémoire :

« Ne l’oublions jamais, les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. »

Et c’est pourquoi, chaque année,

avec une solennité plus grande encore tous les 5 ans, nous défilons, ensemble, dans les rues d’Ascq de l’église au Tertre des Massacrés jusqu’au cimetière où ils reposent.

Sur chacune de leurs stèles, un nom, un prénom et l’âge auquel le fil de leur vie fut coupé.

En ce 70ème anniversaire, en cette année 2014, il est certains d’entre-nous qui ont connu personnellement ces victimes et qui les pleurent encore.

Pour beaucoup d’autres, 70 ans après, ce sont des noms d’hommes que nous n’avons jamais connus autrement que gravés dans la pierre, dans les mémoires et dans les cœurs de leurs parents et amis.

Et toujours, comme chaque année, de manière récurrente et lancinante, nous nous interrogeons : qu’aurait été leur vie sans cette nuit tragique des Rameaux 1944 ?

Comment ne pas penser à ce que serait devenu cet homme, à la vie qui s’ouvrait devant celui-ci, aux bonheurs qu’aurait pu vivre celui-là… ?

A côté de la peine qui étreint encore les cœurs, il y a une véritable colère face à ces vies brisées et à ces avenirs effacés.

La mort d’un homme, ce sont tellement de possibilités disparues, de richesses anéanties, d’ espoirs à jamais perdus, d’humanité annihilée.

Et en cette nuit des Rameaux 1944 ce sont 86 hommes qui ont perdu la vie.

86 massacrés et tout le village d’Ascq qui bascule dans le drame,

C’est à cette communauté asquoise que nous pensons encore 70 ans après, avec la même émotion.

Une communauté, c’est une histoire partagée.

Et votre présence importante hier soir dans le noir de la nuit et les flambeaux et ce dimanche matin, montre, une fois de plus, que pourquoi et comment la tragédie du Massacre d’Ascq est devenue un des éléments fondateur de la nouvelle ville de Villeneuve d’Ascq.

L’hommage que nous rendons aux victimes, c’est un devoir de mémoire envers eux, leurs familles et leurs proches et c’est aussi un hommage aux victimes de toutes les barbaries.

Les victimes du Massacre d’Ascq font, en effet, partie de ces cohortes de suppliciés dont le sang a coulé dans tant de villages et de villes pendant ces années meurtries par les crimes du nazisme.

Nous réunir 70 ans plus tard, c’est donc affirmer que nous n’oublions ni l’horreur de ces faits, ni leurs coupables, ni leurs causes, ni les discours, ni les idées nauséabondes qui les y ont conduit et qui n’ont pas complètement disparu.

Ascq est entrée dans l’Histoire, dans notre Histoire.

Et notre Devoir, 70 ans plus tard, est toujours de faire en sorte que cette histoire soit vivante, qu’elle témoigne, qu’elle enseigne, qu’elle aide à comprendre comment l’inhumain a pu devenir si commun, comment l’inimaginable a pu devenir si banal et comment la barbarie a pu devenir si quotidienne.

La mémoire des 86 suppliciés d’Ascq nous parle de cette nuit d’Avril 1944.

Elle nous parle aussi des années de guerre.

Elle nous interpelle encore et toujours.

Comment « la bête immonde » avait t’elle pu grandir et se préparer à tuer aux yeux de tous sans être écrasée avant de commencer à nuire ?

La mémoire des 86 suppliciés d’Ascq nous parle aussi de notre temps en ce début de 21ème siècle.

Elle nous interpelle aussi sur les victimes de notre temps de tous les conflits et de tous les terrorismes.

Elle nous donne des responsabilités, celles de tous les citoyens, celles de tous les Démocrates, celles de toutes celles et de tous ceux pour qui les Droits de l’Homme sont à jamais le fondement de leur action.

Parce que notre terre Ascquoise a été le théâtre de cette tragédie, ceux qui y vivent ne peuvent fermer les yeux aux tragédies de notre temps et rester muets devant les tentatives des négationnistes et des révisionnistes… que l’on voit chaque jour avancer plus ou moins bien masqués…

et parfois pas très loin de nous…

Oui, Mesdames, Messieurs, mon émotion d’homme se mêle une fois encore à un sentiment de honte en tant qu’être humain.

Honte de savoir que durant les 70 ans qui ont suivi, d’autres massacres n’ont pu être empêchés, ailleurs, plus loin, c’est à dire très près de chez nous. Honte face à l’oubli. Honte face aux révisionnistes et à leurs complices…

Et je pense, et je dis, que nous avons un devoir de Révolte, comme nous avons un Devoir de Mémoire.

Nous avons un devoir de Vigilance, comme nous avons un devoir de Mémoire.

Nous avons un devoir d’Action, comme nous avons un devoir de Mémoire.

Agir aujourd’hui contre toutes les barbaries de notre temps, c’est être fidèle à notre devoir de Mémoire.

Honorer solennellement la Mémoire des victimes du Massacre d’Ascq, c’est être fidèle à notre devoir de citoyens européens.

Mesdames, Messieurs,

Chers enfants,

mes chers concitoyens,

Merci, du fond du cœur, de donner, en ce 13 avril 2014, par votre présence massive à notre commémoration, la solennité qui lui était due.

Merci au nom d’Ascq et de Villeneuve d’Ascq.

Merci au nom du Souvenir et merci au nom de notre volonté, que je sais largement partagée, de tout faire pour que de telles horreurs n’ensanglantent plus jamais notre Europe et qu’elles cessent enfin ailleurs sur notre planète.

Tout faire contre l’oubli

Tout faire pour la Paix

Tels sont nos engagements aujourd’hui renouvelés ici, à Ascq, au pied d’un Tertre qui porte en lui ces engagements en forme de serments !

Contre l’OUBLI et pour la Paix en Europe et dans ce monde.

Vive Ascq,

Vive la République !

Et vive la France !

Gérard CAUDRON