Débat sur les indemnités d’élus « ma part de vérité »

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux et adjoints

Compte tenu de ce que j’ai entendu ici même le 6 avril dernier et de ce que j’ai pu lire ici ou là dans la presse et ailleurs depuis,

compte tenu aussi d’une atmosphère qui vise à culpabiliser les élus du fait d’indemnités qui leur sont versées et qui sont bien loin, pour ce qui est des élus locaux, des salaires et revenus de la plupart de nos interlocuteurs et partenaires habituels, chefs d’entreprises, cadres voire sportifs professionnels,

j’ai décidé, après réflexion, d’écrire et de lire cette déclaration.

Oui mesdames, Messieurs, certaines réflexions m’ont blessé et certaines demandes m’ont pour le moins « étonné », moi qui depuis que je suis Maire ai toujours réduit mes émoluments de Maire au « minimum du raisonnable », allant même jusqu’à zéro euro quand j’étais Député Européen,

blessé et étonné, disais-je, moi qui n’ai jamais eu de grosse voiture de fonction avec chauffeur et moi qui n’ai jamais eu de cabinet alors pourtant que la loi m’y autorise pour un budget situé entre 240 000 et 300 000 euros.

Il est donc vrai que j’aurais pu compte tenu de tout ce que j’ai vu ailleurs, en rester à l’application de la loi pour ce qui me concerne et dont le budget avait été voté avec le budget 2014 sans que cela suscite la moindre réaction sur ce point.

J’aurais pu aussi redire que même avec ce montant prévu par la loi et notre budget, les cadres supérieurs de la mairie restaient mieux payés que leur Maire.

J’aurais pu enfin vous lire une longue liste avec des informations chiffrées recueillies certes difficilement de mairies UMP, FN ou PS… ainsi que les indemnités des conseillers généraux, régionaux, leurs vices présidents, sans oublier celles des députés et sénateurs.

J’ai préféré, tout en sachant que cela ne changerait sans doute rien aux critiques, faire ce que j’avais dit le 6 avril, procéder à des ajustements à la baisse pour des adjoints, une conseillère générale, un conseiller régional à qui je les ai proposés et qui les ont acceptés.

En m’appliquant par ailleurs une première réduction brute de 24% par rapport au vote du 6 avril le tableau envoyé avec les documents du Conseil s’est aussi trouvé réduit de 25 545 euros s’ajoutant aux 123 167 euros de réduction déjà votée le 6 avril par rapport à l’enveloppe légale (soit 148 713 euros de moins).

J’aurais pu m’arrêter là surtout quand, à titre d’exemple, j’ai lu que

le maire FN de Cogolin (11 000 habitants) avait 3421 euros brut (100% du plafond) + 12 000 euros de frais de représentation,

que la maire UMP de Calais 73 906 habitants a fait voter 7394 euros brut

que la maire UDI de Wasquehal (20216 habitants) était à 3421 euros net (100% du plafond)

que le maire UDI d’Hem était à 3421 euros pour 18152 habitants (100% du plafond)

que le coût des indemnités calculés par habitant pouvait aller à plus de 30 euros (7,28 euros à Villeneuve d’ascq).

J’ai regardé ce qui se faisait à Roubaix pour son Maire UMP (ville de la même strate) et je me suis aligné sur son montant brut, ce qui me fera un net estimé à 2900 euros (en baisse de 1560 euros brut et 900 euros net par rapport au 6 avril).

J’espère maintenant ne pas avoir à reprendre la parole. On n’a que trop parlé de ce sujet, l’essentiel étant peut être, quels que soient les montants de savoir voire, de vérifier ce que font les élus en contrepartie, de ce qu’ils reçoivent sur la base d’une règle simple :

« tout travail mérite salaire » et que « toute indemnité attribuée à un(e) élu(e) qui ne fait pas grand chose est toujours trop élevée » (et c’est pourquoi je ne manquerai pas de dénoncer les absences notoires de certaines et de certains aux manifestations Villeneuvoises).

Je vous remercie de votre attention.

Gérard Caudron

Maire

le 6 mai 2014