Journée internationale du refus de la misère : Intervention de Chantal Flinois

Mmes, Messieurs,

 

M. le Maire

 

Bonsoir

 

Nous sommes ensemble ce soir, pour donner écho une nouvelle fois,

 

au 17 octobre 1987,

je le rappelle,

journée marquée par l’intervention,  au TROCADERO à Paris, de Joseph WRESINSKI, fondateur d’ATD ¼ monde,  avec 100 000 défenseurs des Droits de l’Homme, qui s’est indigné sur les conditions de vie, de survie de nombre d’hommes, de femmes et d’enfant en France mais aussi partout dans le monde, dont les droits fondamentaux sont bafoués.

 

Il a dit : « là où les Hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’Homme sont violés, s’unir pour les faire respecter est un devoir sacré «

 

Et aujourd’hui encore ces paroles ont toutes leur résonnance.

 

Il est plus que jamais nécessaire d’alerter, d’agir, de militer,

 

De dénoncer aussi les injustices,

L’appauvrissement  non pas des gens (même si il existe réellement),

mais du débat, où de plus en plus aujourd’hui, les plus faibles (et ce n’est pas péjoratif) sont montrés du doigt.

Stigmatiser, faire peur est un sport pratiqué au quotidien et parfois même par nos gouvernants d’hier mais aussi d’aujourd’hui.

 

Ce n’est pas digne de responsables, d’accabler des citoyens en souffrance, de les rendre responsable de déficit, sous prétexte d’abus, de fraude, c’est tellement plus simple…

 

Quelques chiffres sur la Fraude :

 

–         Fraude RSA / 44 Millions en 2012 (source CNAF)

–         Fraude CMU- Complémentaire et à l’aide médicale : 0,9 Millions en 2011

–         Fraude Assurance Maladie par les professionnels de santé : 120 Millions

–         Fraude Travail non déclaré par les entreprises : 260 Millions

–         Fraude douanière : 366 Millions

–         Fraude Fiscale : 3,66 Milliards

(source CNAF et DNLF)

 

Oui

RENDRE VISIBLE CE QUI  EST INVISIBLE, c’est aussi ça.

 

RENDRE VISISBLE CE QUI  EST INVISIBLE,

 

Est le thème choisi cette année pour mettre en lumière ces hommes et ses femmes, qui ne sont pas ces « assistées, qui ne sont pas « ces fraudeurs », « profiteurs d’avantages sociaux »,

mais qui sont des citoyens à part entière, avec une âme, des capacités, des envies, mais privé de certains droits,  emploi,  logement, lien social, qui se sentent exclus de la société,

et qui demandent à être vus comme des citoyens lambda.

 

Vers qui il faut tendre la main et non appuyer sur leur tête afin de les enfoncer un peu plus chaque jour

 

Cette journée est une occasion de tendre cette main et C’est ce que nous faisons à Villeneuve d’Ascq,

Depuis plusieurs années maintenant,

allers vers et faire avec.

 

Je n’en dirai pas plus,

Je vous laisse le soin de découvrir ce qu’ils savent faire, ce qu’ils savent dire,

 

A travers cette création théâtrale « Doux Abîmes » dans quelques instants

 

Bien sûr,

Je les remercie tous de leur investissement, de leur implication soit pour jouer ce soir devant vous, mais aussi pour avoir conçu le visuel et toutes les participations pour la réussite de cette manifestation.

 

Je remercie l’ensemble des structures, les personnels investis du CCAS, de  la Ville, la Maison des Genêts, le service jeunesse avec la participation du conseil des jeunes, qui a effectué un micro trottoir  auprès de jeunes et qui fera l’objet d’une action dans la continuité de cette journée.

Bien sûr la compagnie DIATRIBE avec la précieuse collaboration de Bérengère Leprêtre, l’atelier 2, QND,  le PLIE de VA et bien sûr ATD ¼ monde,

 

j’espère ne pas en oublier et si tel est le cas vous m’en excuserez,

 

car d’année en année, de plus en plus de monde s’associe et est force de proposition, dans un élan de solidarité envers ces hommes et ses femmes exclues de  droits fondamentaux !

 

J’associe à mes remerciements Yvonne Willem, conseillère municipale déléguée à la précarité

 

Vous me permettrez un dernier mot, un peu plus personnel :

 

Je souhaite dédier cette soirée à mes parents, Paul et Christiane BERGIRON, qui toute leur vie se sont battus pour mettre en lumière des inégalités mais aussi se sont investies pour tenter d’améliorer le quotidien d’hommes et de femmes souvent oubliées et meurtris.

Dans deux mois jour pour jour, il y aura 10 ans qu’ils auront disparus tragiquement,  et il m’était important de faire ce clin d’œil, ce 17 octobre.

 

J’en ai terminé

Merci à tous