Carnet n° 446 du 20 mars 2017

 

« L’outrance est un manque de bon sens » (Fréderic Amiel)

 

En ce moment de la campagne des élections Présidentielles où « la course à l’outrance » voit toujours madame Le Pen et le FN en tête avec, dans sa roue, M. Fillon,

tandis que Emmanuel Macron tient son rythme sans excès ni faiblesse et que les 2 leaders d’une gauche plus traditionnelle essaient de prendre le pas l’un sur l’autre sans grande chance, vu leur division, de passer le cap du premier tour … malgré ce qu’ils représentent au total, j’ai voulu, en ce jour de printemps, ouvrir mon 446ème carnet avec une citation sur « l’outrance » pour finalement en retenir une très modérée de Frédéric Amiel, un écrivain suisse du 19ème siècle, qui explique ces excès de langage qui structurent les discours des candidats cités par une simple absence de bon sens de leur part.

 

C’est ma manière, en ce lundi matin, de ne pas céder moi-même à la tentation de l’outrance après tout ce que l’on a entendu de Mme Le Pen et de M. Fillon sur la sécurité sans le moindre bon sens dans l’analyse de 2 événements récents dont l’un pourrait pourtant « interpeller l’extrême droite » et les deux faire reconnaître les qualités de nos dispositifs et de nos forces de sécurité.

 

C’est d’ailleurs peut être parce que le peuple de France fait preuve de bon sens qu’Emmanuel Macron a rattrapé dans les sondages le pourcentage de Mme Le Pen, que M. Fillon s’enfonce sous le poids de ses multiples « affaires » et que, loin derrière, malgré la réaffirmation visible, ce week-end, de l’existence en France d’un peuple de gauche important, faute d’union, ses 2 candidats restent bord à bord sans espoir de deuxième tour…

 

Même si c’est sans doute leurs outrances qui a fait gagner D. Trump aux États Unis et qui propulsent Erdogan et la Turquie, deuxième ou troisième puissance militaire au monde, une Turquie surarmée par les États Unis avec un nombre de soldats très supérieur au nombre total de militaires chez les 28 états membres de l’Union Européenne, l’exacerbation de ces outrances ne peut que nous conduire à des guerres (Rappelons nous les années 30 à 45 du 20ème siècle).

 

La démagogie et l’outrance, si elles peuvent permettre à certains d’arriver au pouvoir, ne peuvent que conduire au pire quels que soient les domaines, sécuritaire, sociétaux ou économiques faute de solutions pour mettre en œuvre les promesses faites dans ces domaines par leurs auteurs.

 

Reste ensuite en effet, « la victimisation » (utilisée d’ailleurs aujourd’hui par les élus LR de VA qui, après m’avoir fait mettre en examen pour cause de querelles avec leurs voisins FN, se plaignent des conséquences politiques et humaines de leur « ignominie »),

et, dans la foulée de la victimisation, « la recherche de bouc-émissaires » avec, en n° 1, l’Europe brocardée par la droite dure, l’extrême droite et une partie de la gauche, une Union Européenne dont on va, cette semaine, commémorer le 60ème anniversaire de son acte de fondateur : « le traité de Rome signé le 25 mars 1957, une Union Européenne qui pourtant nous a offert plus de 70 ans de Paix et évité des crises mortelles.

 

Si l’extrême droite n’a pas gagné aux Pays Bas et si les attentats à Grasse et à Orly n’ont pas fait de victimes graves, la semaine écoulée n’aura pas été de tout repos et celle qui s’ouvre avec, ce soir, un grand débat télévisé de campagne ne le sera pas davantage.

 

J’en appelle donc au bon sens des dirigeants et des « responsables » du PS : malgré 15 à 20000 participants à leur meeting de Bercy (qui, nous dit-on, aurait coûté 800 000 euros…) pour qu’ils et elles cessent leurs propos outranciers vis-à-vis de celles et ceux qui les quittent pour Emmanuel Macron

 

J’ai connu cela de leur part en 2002 quand ils m’ont, comparé aux socialistes qui avaient rejoint, en 1940, Pétain dans sa collaboration avec les nazis. (Et je ne l’ai ni oublié, ni pardonné) !

Il est des outrances qui sont insupportables et destructrices… Puissent-ils et elles s’en rendre compte  avant de se retrouver dans un champ de ruines.

 

Reste pour moi, durant la semaine écoulée, et même si « une hirondelle ne fait pas le printemps » à saluer la qualification de Jean Lassalle qui pourra apporter un peu de poésie dans la campagne électorale…

« Un berger Basque à l’Élysée » ? sans doute pas mais ce n’est pas étonnant qu’il ait pu recueillir plus de 700 signatures….

Poésie, disais-je… et musique … la musique qui ne connaît aucune frontière ni en termes de styles et de genres, ni entre les communes, les pays et les continents.

17358565_1482477975098681_5169210971254369037_o

J’en ai vécu un nouveau moment particulièrement fort ce samedi à l’Église de Flers Bourg avec l’orchestre de chambre Villeneuvois, une chorale de Cysoing et une chorale de Lille.

Un vrai moment de bonheur… Comme on en vit très souvent à Villeneuve d’Ascq grâce à la diversité de nos structures culturelles, festives et musicales.

 

Le sport aussi nous a apporté de bons moments tout comme la vie associative avec la Foire aux collections de l’Amicale Laïque Pasteur-Jean-Jaurès, une expo sur les couleurs au fil du temps dans nos sociétés au Musée du Château de Flers, la mise à l’honneur d’Annappes Entraide via sa Présidente et 2 de ses bénévoles… N’oublions le rappel, en ce dimanche 19 mars, de la commémoration des accords d’Evian et « du cessez le feu du 19 mars 1962 », ces accords d’Evian signés entre l’Algérie et la France du Général de Gaulle, une étape dans la fin d’une guerre dont les souffrances et les cruautés n’allaient pourtant pas s’arrêter ce jour là…

Et de nous souvenir des « outrances » de tous bords qui avaient conduit à cette guerre, qui l’avaient émaillées et qui continuent à marquer certains discours.

Pour moi, c’est l’occasion de repenser à ces millions de jeunes Français des 2 rives envoyés se battre pour une cause mal connue et instable, marqués à jamais par ces mois passés dans le djebel et trop souvent ensuite, après leur retour, accusés de tous les maux.

A 2 ans près, j’aurais pu faire partie de cette cohorte et je suis solidaire de mes aînés que les gouvernements de la République de gauche comme de droite y ont envoyés sans se soucier de leurs avis !

 

Comme l’a écrit Platon il y a 2500 ans :

« Les hommes ne veulent pas ce qu’ils font, mais ils font ce qu’ils font »,

 

Platon à qui aussi on doit une citation qui pour moi est une des plus belles que je connaisse et qui donnera des couleurs à mon écrit de ce jour :

« La musique donne un âme à nos cœurs et des ailes à la pensée ».