Carnet n°455 du 22 mai 2017

« We are The Champions »

 

Cette chanson, devenue mythique en 1998 quand l’équipe de France de football est devenue Championne du Monde date de 1977.

Écrite par Freddie Mercury, elle reste un des grands tubes du groupe Queen.

 

Et c’est elle qui, ce mardi 13 mai 2017, a accompagné la « Montée de nos Guerrières de l’ESBVA » dans la grande salle d’Honneur de l’Hôtel de Ville, entourées de leurs supporters et des Z’hurlants qui, tous ensemble, ont, comme le chante Johnny Hallyday, « mis le feu » à ce qui est le cœur citoyen de Villeneuve d’Ascq, notre Hôtel de Ville.

 

Un moment rare à l’image du 10 mai 1981 et peut être aussi de ma victoire en mars 2008.

 

Un événement chaleureux où toutes les différences s’effacent pour que toutes et tous « communient » dans un même enthousiasme et dans un même bonheur.

Oui ça c’est Villeneuve dans bien des domaines et en particulier dans le domaine sportif comme j’ai pu le rappeler, en les en remerciant, aux représentants du monde sportif villeneuvois lors de l’AG de l’OMS de ce vendredi 16 mai.

 

Car si l’ESBVA « a fait sauter le plafond de verre » nos Guerrières n’ont pas été les seules à performer cette année.

Rappelons entre autres :

  • nos nanas du LMRCV vice-championnes de France de Rugby après leur titre de championnes en 2016,
  • l’équipe 1 du VARS championnes de France N2 qui vont monter en Nationale 1,
  • les deux équipes A et B de nos athlètes du VAFA qui montent en N1 et en N2,
  • nos performances nationales en handisport et tout « le travail de fond » dans toutes les autres disciplines… avec une mention particulière pour nos féminines.

 

Oui ça c’est Villeneuve et on en est fier !

 

Même le LOSC a réussi samedi à offrir à ses supporters une victoire à domicile à VA, bien rare cette année et ce, pour son dernier match.

 

Yes… We are The Champions… Chanson mythique disais-je, comme pour moi une autre chanson du même groupe Queen, « Somebody to love », une chanson qui a rythmé ces 15 années dernièrement écoulées de ma vie publique, de mes meetings, de mes victoires, de ma Légion d’Honneur, une chanson qui m’accompagnera d’ailleurs jusqu’au dernier instant de ma vie sur cette terre…

 

Un autre champion sur lequel peu d’analystes politiques auraient parié il y a un an a marqué cette semaine avec sans doute moins de feu, moins de chants et moins d’enthousiasme, c’est Emmanuel Macron, notre Président malheureusement assailli de criailleries « à tout bout de champs et en provenance de partout »…, ce qui n’est pas juste quand on fait 66% des voix, un Président qui a continué à avancer ses pions, nommé un Premier Ministre et installé un nouveau gouvernement, dont on pourra dire ce que l’on veut, mais qui ne manque pas d’atouts, qui casse les codes traditionnels de la politique et qui donc, je le répète, nous réserve, sans doute et je l’espère, de bonnes surprises…

 

Les élections législatives de juin ont vu se clore la liste des candidatures extrêmement nombreuses et une courte campagne commence ce lundi matin 22 mai qui nous mènera le 11 juin au 1er tour et le 18 juin à l’élection d’une nouvelle Assemblée Nationale.

Beaucoup de sortants ne se représentent pas pour cause de loi interdisant le cumul des mandats et surtout, pour beaucoup, de peur de perdre… voire de défaite assurée…

Il faut dire qu’à gauche, le nombre de candidat(e)s assorti de la règle des 12,5% d’inscrits au 1er tour nécessaire pour figurer au second tour risque de les éliminer dans la plupart des circonscriptions.

Les partis politiques traditionnels de gauche, PCF, FG, Insoumis, Verts, PS… n’ont vraiment rien compris, malgré les Présidentielles, et ils n’auront pas volé le sort qui les attend…

 

Même dans la 2ème circonscription du Nord qui comporte, entre autres, la ville de Villeneuve d’Ascq notre Députée Audrey Linkenheld, qui a pourtant bien rempli son mandat n’est pas assurée, loin s’en faut, d’être réélue ni même d’atteindre le second tour.

Il faut dire qu’ avec 16 candidat(e)s déclarés dont beaucoup issu(e)s de la Gauche et du Camp du Progrès… tout est possible y compris l’élection de quasi-inconnu(e) ou pire d’une candidate, certes déjà élue, mais qui a toujours brillé par son absence en dehors des campagnes électorales…

 

C’est sans doute ce que Mélenchon appelle « le dégagisme » sauf qu’en la matière rien ne nous assure que ce seront les meilleur(e)s qui resteront…

 

Au demeurant, aujourd’hui, un Président et son gouvernement sont en place et, je le redis, j’espère qu’ils réussiront et je les soutiendrai pour cela chaque fois que leurs propositions et décisions iront dans le bon sens, celui de la France et celui des Françaises et des Français en lui rappelant très respectueusement de se souvenir que, dans le domaine du travail, « le libéralisme dans l’entreprise, c’est très souvent la liberté du renard libre avec des poules libres dans un poulailler libre » et que donc, en la matière, … c’est la loi qui libère !.

Cela dit je ne serai pas de celles et ceux qui joueront le jeu de l’échec avec, chez elles et eux, l’espoir de gagner les municipales de 2020 avant d’aller à l’Élysée en 2022.

 

Pour autant, je souhaite aussi que le Camp du Progrès et la social-démocratie se refondent et se restructurent. J’y apporterai ma contribution si elle est sollicitée.

Je suis pour un gouvernement et pour une Majorité du Progrès de Large Union. Mais pour unir des forces de progrès venus sans doute d’horizons différents, encore faut-il qu’elles existent… et que donc la gauche de gouvernement ne disparaisse pas d’autant que la gauche extrême est très volatile, Monsieur Mélenchon en fera une fois encore l’expérience le 16 juin prochain.

Car comme, l’a dit François Baroin, qui en a une réelle expérience en la matière :

« Être dans le vent, c’est avoir le destin d’une feuille morte »

D’autant que c’est le vent qui fait tourner les girouettes et là aussi lui et beaucoup de ses amis sont des experts en la matière…

 

Yes, we are The Champions !

Et à Villeneuve d’Ascq ce week-end nous l’avons, une fois encore, démontré avec, bien sûr, la Nuit des Musées mais aussi la fête de la Nature au Héron, le gala de la Chrysalide à Concorde, les forgerons au Musée de plein air, des expositions, des fêtes d’écoles, des conférences (dont celle de l’AJVAH sur les 50 ans des colonels grecs), des concerts, des braderies de livres, le Challenge du Héron etc… etc…

J’arrête là une liste qui est à l’image de Villeneuve d’Ascq, une ville qui rayonne et une ville qui bouillonne d’énergies… municipales, citoyennes et associatives.

 

Oui vraiment… « We are The Champions »

et cela fait du bien de se le redire et se le répéter en ces temps trop souvent empreints de morosité et de doutes…