Carnet n° 472 du 16 octobre 2017

« La politique devient grande quand elle écoute les petits » (Roland Poupon, 1948)

 

Je dédierai, en ce lundi 16 octobre 2016, cette citation en guise de « dernière supplique » à notre Président de la République Emmanuel Macron après avoir fait « l’effort » de le regarder hier soir sur TF1 : en effet, si je suis encore de ceux qui, après avoir voté pour lui afin de nous éviter un « scénario à l’autrichienne » (avec la victoire d’un François Fillon qui nous avait promis bien pire qu’Emmanuel Macron et dont les porosités avec l’extrême droite ne faisait pas de doute), je ne suis pas de ceux, qui, au bout de 4 mois, le vouent aux gémonies (les escaliers des Gémonies, rappelons le, étaient le lieu où on exposait à Rome les corps des suppliciés), je dois dire que sa prestation télévisée m’a laissé « un goût plus qu’amer » dans la bouche.

 

On le disait « arrogant »… Je l’ai trouvé « suffisant »… Et pour moi c’est pas mieux, ne serait-ce que parce que pour être arrogant, il faut avoir la volonté de l’être tandis qu’on peut être « naturellement suffisant »…

 

Et je compléterai ma citation d’ouverture par une autre citation de Léon Blum

« Toute société qui prétend assurer aux hommes la Liberté doit commencer par leur garantir l’existence », et chacun sait qu’on en est loin aujourd’hui dans le monde bien sûr …mais aussi en France.

Était-il donc à ce point nécessaire d’insister sur le rôle des riches et surtout des très riches dans notre société ?

De les qualifier de « premiers de cordée » supposés donc « tracer la voie » voire tirer derrière eux (sinon de les traîner) les autres Français ?

Non seulement je considère qu’il est inconcevable de devenir très riche uniquement de par son propre talent et au cours d’une seule vie, non seulement M. Macron « oublie » que les patrons du CAC 40, les possesseurs de grandes fortunes, comme celle de la défunte Mme de Bettencourt ou celle de la « toujours active » famille Mulliez et de son père tutélaire (prénommé Gérard), n’ont pas besoin de l’Élysée pour rester très riches alors que les plus pauvres auraient besoin d’une politique gouvernementale pour les aider à sortir de la misère.

Les chiffres connus et confirmés par lui vont dans le sens d’une image, certes réductrice qui lui colle aux doigts (comme le sparadrap du « capitaine Haddock ») : celui de Président des riches.

Sur 7 milliards de baisses d’impôts prévisibles en 2018, plus de 4 milliards le seront pour les riches et surtout pour les plus riches dont 3,6 milliards rien que pour l’ISF et ce, au bénéfice de moins de 1% des ménages français.

Ses essais laborieux pour prouver qu’on peut mettre sur le même plan de telles sommes avec ce que pourraient « gagner en pouvoir d’achat » les plus modestes avec la suppression de la Taxe d’Habitation sur 3 ans, voire avec « l’explication » comme quoi un retraité avec plus de 1400 € par mois peut accepter de faire un effort tout comme les offices d’HLM et les titulaires de livrets de caisse d’épargne, (pour citer 3 exemples parmi d’autres),

non, effectivement non, rien ne nous aura été épargné hier soir sur TF1 et LCI !

 

On aurait presque cru entendre François Guizot qui en tant que Président du Conseil de Louis Philippe en 1843 déclarait à ceux qui se plaignaient : « Enrichissez-vous ! ».

 

Résultat, je pense que je ne suis pas le seul à me sentir meurtri ce matin par la prestation de notre Président et aussi par la victoire de M. KURZ du Parti conservateur en Autriche qui se dit prêt à s’allier avec l’extrême droite du FPO comme cela été déjà arrivé en 2000.

Comme quoi, ici et là, la jeunesse affichée n’est pas une garantie de modernité et comme quoi l’expérience des plus anciens peut être plus protectrice contre les pires dérives !

 

En 2000, nous avions massivement défilé contre l’extrême droite autrichienne.

Il n’est pas sûr qu’en 2017 l’Europe, aujourd’hui « habituée » à la montée des droites, à la poussée des populistes et aux saillies des extrêmes droites (dont certaines ouvertement teintées de nazisme)…. Non il n’est vraiment pas sûr que l’Europe aura les mêmes réactions !

Quand on entend les attaques d’un Jean Luc Mélenchon qualifiant Manuel Valls de « membre de la facho sphère » (et, parait-il, il a dit pire…), il y a lieu de désespérer du marécage politique nauséabond dans lequel l’Europe et la France sont en train de s’enliser !

 

Alors que dire de plus pour ne pas nous désespérer davantage ?

 

  • marseillaiseQu’on a évité de percuter un astéroïde qui nous a « frôlé » de 44 000 kms
  • Que notre projet d’Astropole au Héron pour fin 2019 sera un outil supplémentaire pour mieux connaître les menaces venues de l’Univers (météorites, astéroïdes et comètes)
  • Que le cadrage de « Grand Angle pour un centre ville du 21ème siècle continu,
  • Que les guerrières de l’ESBVA et les super nanas du LMRCV ont gagné,
  • Que les nuits des bibliothèques et des piscines ont connu des succès attendus,
  • Que nous avons reçu, à l’Hôtel de Ville, les nouveaux naturalisés français et les nouveaux villeneuvois dans de très bonnes ambiances,
  • Que l’Amicale Laïque Pasteur – Jean Jaurès est toujours aussi active,
  • Que notre ville était belle ce dimanche sous un chaud soleil presque estival

ESBVA_vs_NICE_2017_photo_Emmanuel_ROUSSEL-1061

Et tout cela avant une semaine qui ne sera pas moins chargée et active :

  • Journée pour le refus de la Misère le 17
  • Conseil Municipal le 18
  • Conseil de la MEL le 19
  • Allumoirs de l’Amicale Laïque d’Ascq le 20
  • Et Pom’expo en week-end à Concorde…les 21 et 22

 B9713504498Z.1_20171015154132_000+GRP9VNLQL.1-0

Que dire de plus pour conclure ce 472ème carnet ?

 

4 citations sans liens directs entre elles ni avec mon carnet d’aujourd’hui :

 

Une de Victor Hugo

« Il ne suffit pas d’être le premier, il faut être le meilleur »

 

Une de Léon Blum :

« L’Homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée »

 

Une de François Mitterrand devant le Parlement Européen

« Le nationalisme, c’est la guerre ! »

 

Une d’Albert Camus

« Je me révolte, donc je suis »

 

A des degrés divers, je m’y retrouve…

20171015_084951248_iOS