Carnet n° 476 du 13 novembre 2017

« Savoir ce que l’on veut et avoir le courage de le faire ».

 

On ne s’étonnera pas qu’en ce surlendemain de commémoration du 99ème anniversaire de l’armistice de la guerre de 14 / 18 (et 100 ans après sa désignation comme Président du Conseil),

j’ai choisi, en ce matin du 13 novembre 2017, jour aussi de commémoration d’autres actes de guerre, à Paris, il y a deux ans, une citation de Georges Clemenceau surnommé « le tigre »…

« Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire et quand on l’a dit avoir celui de le faire ».

 

J’aurais, bien sûr, pu en choisir d’autres, vu le nombre de citations disponibles sous son nom, mais c’est celle qui, pour moi, correspond le mieux à ce que l’on est en droit d’attendre d’un(e)dirigeant(e) politique, quel que soit son niveau de responsabilité du niveau national, au niveau communal, sans oublier le niveau européen.

 

J’ose d’ailleurs espérer qu’elle me correspond au moins « largement » à défaut de me correspondre « en totalité ».

 

Je ne résiste pourtant pas à en citer « entre parenthèses » 2 autres… sans rapport direct avec le(s) thème(s) de mon carnet d’aujourd’hui :

 

  • Une qui me fait penser à la chanson de Jacques Brel, « Au suivant ! » :

« En politique on succède toujours à des imbéciles et on est remplacé par des incapables» (et j’ajouterai… : ou l’inverse) 

  • Une autre qui s’applique parfaitement à la vie des partis politiques quelle que soit l’époque :

« Un traître est celui qui quitte un parti politique pour un autre et un converti qui quitte cet autre pour s’inscrire au votre »

 

Mais pour en revenir à « ma citation d’ouverture » sur le courage signée Georges Clémenceau (qui d’ailleurs fait écho à celle de Jean Jaurès : « Le courage, c’est de chercher la vérité, de la dire et de ne pas subir la loi du mensonge triomphant »),

je mettrai rapidement de côté le contre-exemple de Donald Trump même quand il fait aujourd’hui ce qu’il a dit pour se faire élire, champion qu’il est du « tri sélectif populiste »,

je mettrai aussi, pour l’instant, celui du Président Macron qui, certes, fait ce qu’il a dit dans sa campagne… Sauf que ce n’est pas pour cela qu’une majorité de citoyens ont voté pour lui au deuxième tour des Présidentielles (ce qui explique sans doute les sondages qui le jugent très sévèrement).

 

Je reviendrai sur d’autres exemples de responsables qui n’ont pas hésité à un moment donné de changer de politique… mais en en expliquant les raisons : être fidèle à ce que l’on a dit ne veut pas dire être « buté » (et pour le dire de manière plus brutale : « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas »).

 

Ce fut le cas du Général de Gaulle qui, après être revenu au pouvoir au nom de l’Algérie Française, n’hésitera pas, 4 ans plus tard, à lui donner l’indépendance,

le cas aussi de François Mitterrand avec « son virage », en 1983, pour une rigueur accrue que les règles des relations européennes nous imposaient …,

le cas enfin, de Jacques Chirac… (inutile d’en donner des exemples tellement ils sont connus).

 

C’est ce que n’a pas voulu faire Nicolas Sarkozy et ce que n’a pas su faire François Hollande…

Et je pourrais multiplier les exemples de celles et ceux, jeunes ou plus vieux, qui, à tous les niveaux, essaient de survivre à la tourmente du  printemps et (ou) qui essaient de remplir des conditions (qu’ils ignorent encore) pour exister dans l’avenir…

 

Si j’étais méchant je dirai ici ce que je pense de l’élu(e) VAT LR qui m’a fait mettre en examen pour cause d’article du groupe FN-RBM dans la Tribune, notre journal municipal,  (tout en déclarant au magistrat instructeur : « n’avoir aucun contentieux à l’endroit des deux auteures de l’article de presse qu’elle côtoyait au sein du Conseil Municipal ») une élu(e) qui, le non-lieu ayant été prononcé, aurait (m’a dit mon avocat) l’intention de faire appel de cette décision en accroissant ainsi les dépenses déjà inutiles de la ville en la matière…

 

Oui c’est bien à l’image de la vie politique.

Comme quoi « l’âge ni le temps ne font rien à l’affaire… ».

 

Il en est d’autres que je pourrais citer dans notre Conseil Municipal… au conseil Régional… et à l’Assemblée Nationale…

 

Mais je le confirme, « je ne veux pas être méchant » et surtout je ne veux pas « en rajouter aux désordres des comportements » qui ne font qu’affaiblir nos Démocraties, en France… mais malheureusement  pas qu’en France…

 

Que dire de plus en ce jour du souvenir de ce drame collectif et de ces drames individuels du 13 novembre 2015 sinon qu’ils nous rappellent que « nous sommes en guerre » et que cela ne devrait pas être oublié… ?

 

Que dire de plus en une période qui voit notre Président de la République essayer d’occuper à lui seul toutes les scènes de la vie publique avec d’ailleurs un certain talent sur le plan international et européen mais sans pouvoir « gommer » son image de « Président des riches » (à qui il a multiplié les milliards d’euros de cadeaux) et son comportement de « politicien aux travers éternels » (comme quoi il est toujours aussi facile de faire semblant de « faire du neuf avec du vieux »).

 

Que dire de plus des désordres chez « les insoumis » de Jean Luc Mélenchon, empêtrés dans leurs contradictions entre les discours et les actes … ?

 

  • Que dire de plus du « piètre cinéma », ce 9 novembre à Colombey-les-Deux-Eglises, sur la tombe du Général De Gaulle où on y a vu d’anciens du FN héritiers de l’OAS et bien d’autres politiciens dont je pourrais dire « qu’ils sont aussi Gaullistes que moi archevêque »…
  • Que dire de plus du soutien des nationalistes flamands à « la cause Catalane, sinon ce que j’ai déjà dit ?
  • Que dire de plus de l’annonce du Brexit « qui sera effectif le 29 mars 2019 » sinon : « tant mieux et vivement » ?
  • Que dire de plus sur les conséquences du choc des réalités sur les déclarations contradictoires de Nicolas Hulot ?
  • Que dire de plus sur le scandale des « Paradise papers » sinon que de le rappeler au « Président des riches » ?
  • Que dire de plus sur le drapeau européen qui n’a rien à voir avec « la Vierge Marie »…. N’en déplaise à Jean Luc et à ses gardes rouges ?
  • Que dire de plus de la réception du Président Macron en Préfecture ce soir « d’élus qui comptent »… ce qui apparemment n’est pas mon cas, n’y étant pas invité ?
  • Que dire de plus de Stéphane Bern, « notre sympathique royaliste » qui veut faire payer des droits d’entrées dans nos cathédrales ?

Rien sans doute qui puisse intéresser davantage les lecteurs de mon blog (qui approche les 2 millions de connexions) même si la question « du retour des djihadistes français déçus mais non repentis, des « amours » entre Trump et Poutine (dont l’un doit beaucoup à l’autre) vaudraient qu’on en parle aussi…

Mais j’arrête là pour aujourd’hui avec le rappel de quelques événements plus locaux :

  • Patrick Kanner ce lundi à la fédé PS (ou du moins de ce qu’il en reste)
  • Le CCA de Rassemblement Citoyen mercredi dernier, un mouvement qui compte « encore » 350 adhérents (ce qui n’est pas négligeable »)
  • L’inauguration, à Lille 1, de Titan, un nouveau microscope qui nous rapproche toujours davantage de l’infiniment petit
  • Les allumoirs au Breucq
  • Fossilium à Concorde qui « a scintillé de mille feux »
  • Les cérémonies du 11 novembre avec une présence citoyenne importante (et en l’absence de notre Député qu’on n’a encore jamais vu à une manifestation depuis son élection)

Etc… etc… dont bien sûr de beaux matchs et de belles victoires sportives villeneuvoises…

Somme toute, et sur tous les plans, une semaine écoulée encore bien remplie avant une autre qui le sera tout autant sinon davantage.