Carnet n° 478 du 27 novembre 2017

« Le vrai politique » :

 

J’aurais pu, voire j’aurais dû, ouvrir mon 478ème carnet sur la belle victoire de la France en Coupe Davis ce dimanche 26 novembre, une compétition et une victoire qui auront valu à Villeneuve d’Ascq une « gloire médiatique » sans égale durant 3 jours.

 

J’ai préféré en rester à l’analyse d’une situation politique Française qu’Albert Camus, il y a 60 ans, décrivait déjà ainsi : « La société politique actuelle, une machine à désespérer les hommes ».

D’où mon titre extrait d’un texte de John Fitzgerald Kennedy, (un texte lui aussi vieux de 60 ans) :

« Le vrai politique, c’est celui qui sait garder son idéal tout en perdant ses illusions »

 

En ce sens, et en ce sens seulement, oui je peux le dire : je suis « un vrai politique ».

Si aujourd’hui, en effet, j’ai perdu la plupart de mes illusions, j’ai gardé un idéal et des valeurs pour lesquelles je me bats depuis « ma tendre jeunesse », depuis donc aussi une soixantaine d’années… et j’en suis fier !

 

Même si je ne boude pas mon plaisir d’avoir entendu et vu (en partie) cette finale de la Coupe Davis à Villeneuve d’Ascq, pas plus que je ne boude mon plaisir d’y avoir vu une foule de plus de 26 000 supporters joyeux et enthousiastes,

j’ai aussi souvent, durant ces 3 jours, préféré vivre la vie citoyenne villeneuvoise et en particulier dimanche après midi le spectacle de clôture de l’Automne Bleu des Aînés Villeneuvois, un spectacle intergénérationnel où le talent, dans tous ses aspects, était présent à chaque instant…

 

Si j’ajoute à cela les belles victoires de nos guerrières de l’ESBVA et de nos super nanas du LMRCV, on aurait presque pu oublier « la descente aux enfers » du LOSC :

 

Au demeurant, et pour en revenir à la vie politique, la semaine écoulée qui a « conforté » M. Macron dans sa démarche aussi bien budgétaire que vis-à-vis des communes et de leurs Maires a continué à m’enlever quelques unes de mes dernières illusions.

Heureusement que je peux encore adhérer aux actions européennes et internationales de notre Président…. Ce qui n’est déjà pas si mal…

 

Pour le reste « je salue l’artiste » quand je le vois réussir à « débaucher » un « jeune député socialiste » copie conforme de M. Darmanin (ex soutien de M. Sarkozy) « un jeune député socialiste » Olivier Dussopt, disais-je, qui après avoir suivi Benoît Hamon, puis soutenu Martine Aubry en 2012 avant de soutenir Manuel Valls en 2017, s’être fait élire en juin contre la République en marche et après avoir voté mardi dernier contre la loi de finance 2018 a rejoint Bercy aux côtés de Gerald Darmanin, 3 jours plus tard.

 

Comme quoi la jeunesse n’est pas, ni à gauche, ni à droite, un facteur de fidélité à ses valeurs et à sa parole… Comme ont pu le dire certains de « leurs amis » : « moins il y a de loyauté et mieux ça marche », « leurs âges leur offrent la possibilité d’avoir l’échine souple, très souple ».

Deux commentaires glanés parmi bien d’autres… auxquels je rajoute le mien :

est-ce « un effet du dérèglement climatique » mais les girouettes (chères à Edgar Faure) tournent vraiment de plus en plus vite ».

Et ce n’est pas fini…. J’ai même lu et j’ai de la peine à y croire (sic and LOL) que Gilles Pargneaux regarderait du même côté pour essayer de rester Député Européen en 2019.

 

Oui vraiment si, comme l’a dit JF Kennedy, le vrai politique est celui qui sait garder son idéal, il semble qu’il y ait de moins en moins de «vrais politiques».

 

Tout juste reste-t-il des « aventuriers » :

« La politique est le dernier refuge des aventuriers » (Georges Wolinski)

Et bien sûr quelques tueurs » :

« Tout chef politique doit avoir l’instinct du tueur » (Françoise Giroud)

 

Heureusement pour eux, au moins le pensent-ils, comme l’a dit Sir Winston Churchill, « Si la politique est plus dangereuse que la guerre » parce que, contrairement à elle, on peut mourir plusieurs fois… on peut aussi, plusieurs fois, « renaître de ses cendres ».

 

Nicolas Sarkozy l’a espéré, François Hollande semble l’espérer encore…

Et je ne parle pas de « quinquas socialistes » qui se sont mis « En marche »… et qui doivent encore l’espérer…

 

« Et pendant ce temps là » (comme le chantait Gilbert Bécaud), les divisions continuent à droite comme à gauche, les girouettes d’Edgar Faure étant devenu des roulettes des casinos…, Benoît Hamon essaie de survivre, Jean Luc Mélenchon de se calmer et les quadras socialistes de se démarquer les uns des autres.

 

Pas étonnant que le septuagénaire que je suis devenu, n’ait plus beaucoup d’illusions… Ce qui me rend d’autant plus fier d’avoir toujours su garder mon idéal et surtout ma ferme détermination de toujours me battre au nom de cet idéal et d’abord pour ma ville, Villeneuve d’Ascq, et pour les Villeneuvois….

D’où aussi ma satisfaction de voir notre ville engranger les résultats de nos actions et de voir ces résultats de plus en plus et de mieux en mieux reconnus….

Reste que je ne peut être indifférent à l’avenir environnemental de notre planète, à l’accroissement, à tous les niveaux, des inégalités et des injustices, à la violence patente et au terrorisme un peu partout dans le monde avec, cette semaine en Égypte, plus de 300 morts (trop ignorés des médias occidentaux).

D’où mes combats aussi dans ces domaines sans trop d’illusions sur mon efficacité mais au nom d’un idéal qui me permet encore « de me regarder dans la glace » en me disant, qu’au moins, j’aurai essayé…

 

Car si, comme l’a écrit François René de Chateaubriand,

« Presque toujours, en politique, le résultat est contraire à la prévision »,

 

et si donc cela fait souvent disparaître nos illusions, il peut arriver aussi et ce, dans tous les domaines, que finalement le résultat soit meilleur que la prévision.

 

Somme toute, c’est aussi cela « la pari de Pascal »…