Carnet n° 490 du 19 février 2018

« Franchement, elles (et ils) ne manquent pas d’air !… »

 

J’ai voulu, en ce 19 février 2018 matin, commencer mon 490ème carnet par « un coup de gueule ».

On entend, en effet, depuis plusieurs jours pour certain(e)s, et depuis quelques heures pour d’autres, «les pleurs et lamentations» d’élu(e)s L.R. et ex-L.R. devenu(e)s plus ou moins officiellement «Marcheurs macronistes» à propos de Monsieur Darmanin et « ses ennuis judiciaires ». Franchement, elles et ils « ne manquent pas d’air ». 

On se souvient d’une élue, Présidente d’un groupe de droite à la MEL, se précipitant pour demander des comptes au Président Damien Castelain à propos du Grand Stade.

On sait qu’une jeune élue du groupe de droite VAT à Villeneuve d’Ascq m’a fait « mettre en examen » pour cause d’article du FN la mentionnant dans la rubrique des groupes politiques de « la Tribune de VA » (une mise en examen que n’a même pas eue M. Darmanin qui n’a connu qu’une «enquête préliminaire»), une jeune élue qui, une fois un « non-lieu » prononcé, a fait appel, ce qui me vaudra d’être envoyé en correctionnelle alors que je n’ai rien fait… (et cela, sans que ses collègues n’éprouvent le moindre besoin de se désolidariser),

Alors, franchement : elles et ils ne manquent pas d’air et surtout démontrent par leurs attitudes et comportements que «la jeunesse» n’améliore pas la politique.

Je me souviens quand en 1976 je me suis retrouvé élu de 31 ans dans l’opposition à un Maire de droite Jean Desmarets, jamais je ne me serais permis un tel manque de respect pour l’homme comme pour la fonction, ni même plus simplement, un tel manque de politesse…

Qu’elles et ils ne s’étonnent pas si les citoyens en font de même vis-à-vis du monde politique en général et donc des leurs en particulier.

Elles et ils y contribuent largement localement et quand on entend les propos tenus par «leur nouveau chef» Laurent Wauquiez, cela dépasse toutes les bornes de la simple décence !

Reste pour ce qui me concerne, qu’en dehors de ma volonté de servir les Villeneuvois et Villeneuve d’Ascq, celle de contribuer à recréer une force social démocrate dans notre Région et notre Pays, je me battrai aussi pour l’ensemble des maires, toutes et tous potentiellement victimes (comme je le suis) de cette folle contradiction entre les termes de la loi sur la presse de 1881 (qui fait droit au rédacteur en chef de faire des choix de publication et donc d’en supprimer) et celle du 27 février 2002  qui fait obligation aux maires, directeurs légalement de publication des outils municipaux de communication, de permettre l’expression des groupes politiques d’opposition sans censure (sauf à risquer d’être sanctionné).

Si cela pouvait contribuer à supprimer « ce couperet » de plus qui menace les maires, je n’aurais pas souffert pour rien…

On verra alors « qui est avec qui » car comme l’a dit John Petit-Seen,

«Les amitiés politiques sont souvent des haines en commun».

 

«Et pendant ce temps là …. » (chanson de Gilbert Bécaud), notre gouvernement et notre Président ont continué cette semaine à naviguer à la godille,

  • en déclarant, bien sûr, 275 communes (dont 158 en Région Parisienne) « reconnues en catastrophe naturelle » (c’est le cas de le dire),
  • en «pédalant dans la semoule» à propos du Service national universel promis par M. Macron lors de sa campagne électorale,
  • en provoquant plus que de l’inquiétude à propos de la réforme du bac et ce, l’année du cinquantenaire de mai 1968 et à la veille d’un 22 mars que la CGT reprend à son compte pour les chemineaux 50 ans après « les enragés de Nanterre » et Daniel Cohn Bendit, gauchistes, maoïstes, trotskistes, « situationnistes »… Tous alors unis alors contre la CGT et tous les mouvements traditionnels politiques et syndicaux,
  • et en essayant aussi de répondre à l’angoisse des hôpitaux sans y mettre de moyens significatifs.

« Heureusement » pour « les princes qui nous gouvernent » qu’il y a Madame Morano qui persiste et signe « La France est un pays de race blanche » (sic, le ridicule ne tue pas).

Et puis, ils, (nos princes) préparent d’arrache-pied les prochaines échéances électorales…

C’est déjà décidé pour les Européennes de 2019 :

On reviendra à une circonscription unique, (la France) ce qui favorisera le parti dominant en place au lieu des scrutins par « groupes de Régions »… (ça va bien dans le sens d’une recentralisation parisianiste).

Je leur « suggère » d’ailleurs de faire de même pour les municipales, ça les débarrasserait d’élus locaux par trop contestataires, et peu enclins à se coucher devant l’Élysée et Matignon.

Et pendant ce temps là… Aussi et heureusement : ces mêmes élu(e)s locaux «bossent» malgré les contraintes et les restrictions que Paris leur impose.

A Villeneuve d’Ascq on finalise notre budget 2018, équilibré, sans déficit mais toujours avec maintien des services publics communaux et des moyens donnés à la vie associative villeneuvoise.

On développe économiquement notre ville et en particulier avec « le Grand Carré » de la Haute Borne mais aussi dans les autres parcs d’activités.

On poursuit la mise en œuvre de tous nos gros dossiers urbains de rénovation et de développement pour conforter la place de notre ville dans le top 4 (ou 2) de la MEL au XXIème siècle.

On (et je contribue modestement) à l’aménagement, au développement et au rayonnement de la MEL.

Quelques mots peut-être encore « sur le plan national » avant d’en terminer ce 490ème carnet : Mme Lagarde, bien connue pour son rôle dans l’affaire Tapie (condamnée  « pour négligence » dans l’attribution de 405 millions d’euros d’argent public en 2008 et pour n’avoir pas tenté de recours), a dit « applaudir des 2 mains E. Macron »…. (il est sans doute des soutiens dont il se passerait bien).

Le taux de chômage est passé en dessous de la barre des 9% .

Merci qui ? Peut être un peu à François Hollande ? …

Un ex-chef du FLNC corse qui insulte madame Erignac, nous dit-on sur internet (je n’ose y croire…)

Le logeur de djihadistes du 13 novembre 2015 est relaxé par la justice (???)

J’arrête là … il est inutile de continuer à se faire du mal…

Car comme l’a dit Matsumoto Jtsudo :

« La joie fait venir le bonheur, le mécontentement, l’insatisfaction le font fuir »

et puis comme l’a écrit Antoine de Saint-Exupéry,

« L’essentiel (étant) invisible pour les yeux », on peut toujours garder l’espoir même au terme d’un 490ème carnet qui ne «ruisselle» pas de joie.