Carnet n° 520 du 17 septembre 2018

« L’important, c’est pas la chute,… c’est l’atterrissage »

Ainsi se conclut cette petite histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages et qui, au fur et à mesure de sa chute, se répète sans cesse pour se rassurer « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien », avant de devoir conclure au tout dernier moment « l’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ».

Le monde, les États et leurs dirigeants, toutes nos sociétés et une majorité de nos concitoyens sont ainsi faits qui « psalmodient » en quelque sorte cette petite histoire (à la manière des psaumes … (sans inflexion de voix et sur la même note).

C’est ce que nous vivons aujourd’hui pour ce qui est de notre planète où l’espèce humaine se dirige vers sa fin en raison de ses gaspillages, de ses excès de tous ordres, de ses pollutions de toutes natures et de ses violences et ce, à un horizon situé au maximum à quelques siècles de distance, après être beaucoup plus rapidement passée par « la case soleil vert » (si bien décrite par un film de ce nom datant de 1973 et réalisé par Richard Fleischer).

Et chacun à tous les niveaux de se dire et de se répéter : « jusqu’ici tout va bien… »,  de moins en moins bien sans doute, avec des changements climatiques majeurs, des désertifications qui s’accélèrent, des famines et de la misère qui s’accroissent, des maladies mortelles nouvelles (ou accrues) et des mouvements migratoires massifs que n’arrêteront pas les populistes et les fascistes qui, aujourd’hui, « font leur beurre électoral » sur ce thème (on le verra particulièrement en 2019 lors des élections européennes).

Je le redis une fois encore : « De la muraille de Chine au mur de Berlin, rien n’a jamais empêché qui que ce soit de passer quand c’est la famine, la misère où la guerre qui le pousse » (et ce n’est pas la barrière que Donald Trump veut ériger tout au long de la frontière de 3200 kms des USA avec le Mexique qui y changera quelque chose… si un jour elle se fait).

Il vaudrait mieux utiliser tout cet argent dépensé à cet effet partout dans le monde et surtout aux frontières des pays développés, à aider au développement des autres pays et surtout à lutter contre les dérèglements climatiques planétaires… et ce, avant « l’atterrissage »…

Mais malheureusement, dans notre chute, on préfère « psalmodier pour se rassurer »… en pensant qu’on aura toujours le temps (« nous » peut être… mais pas nos enfants et nos petits-enfants).

C’est bien sûr aujourd’hui ce que nous vivons aussi dans la « déconstruction » engagée « d’une Union Européenne » qui nous avait pourtant permis de retrouver et de conserver la Paix pour la première fois de notre Histoire avant de contribuer à « la chute du rideau de fer », à la fin de la guerre froide avec l’URSS d’alors… et même permis de conserver nos cultures et nos identités (que pèserait une France isolée, de 65 millions d’habitants dans un monde peuplé de 7,5 milliards de terriens ?)

Depuis quelques années, et en accéléré depuis quelques mois, la Russie a retrouvé les « accents » de l’URSS, des mouvements extrémistes néo-fascistes et même, pour certains, pro-nazis renaissent un peu partout… comme dans les années 30 du 20 ème siècle. Les nationalistes et les populistes de droite et de gauche font fureur avant de finir par s’agréger comme en Italie. On en vient maintenant à craindre qu’en juin 2019, tous ces mouvements anti-européens se retrouvent majoritaires unis sur une même volonté de détruire et en quasi désaccord sur tout le reste… ce qui les conduira à de nouvelles guerres intra européennes, « comme au bon vieux temps » diraient les nostalgiques de la première moitié du 20 ème, alors que nous allons bientôt commémorer le centenaire de la fin de la 1ère guerre mondiale et ses 20 millions de morts, suivie 20 ans plus tard par une seconde et ses 60 millions de morts sans oublier, pour les deux guerres, une bonne centaine de millions de « gueules cassées », de blessés et de mutilés à vie, ni les millions de femmes, d’enfants et d’hommes exterminés.

C’est donc cela « le nouveau monde » dont rêvent les princes qui nous gouvernent ? … « des princes » dont il est inutile de citer à nouveau les noms que ce soit en Europe, en France ou dans le reste du monde.

Et la manière dont se préparent les élections européennes un peu partout, et en particulier en France, ne peut que nous angoisser quand, en France, on risque d’avoir en tête des résultats une extrême droite anti-européenne et un macronisme clairement inscrit dans un capitalisme libéral inégalitaire, anti-social et injuste qui constitue le premier responsable du rejet actuel de l’Europe.

Comme derrière eux, n’apparaissent aujourd’hui que d’autres nationalistes et populistes LR et Insoumis, on peine encore à voir se regrouper les miettes de la social démocratie, des verts et d’un PCF qui restent pourtant ancrés dans beaucoup de nos territoires.

Je milite pour cette union du Camp du Progrès européen et je suis disponible pour les y aider s’ils le souhaitent, vu mon expérience et une foi européenne qui ne m’a jamais quitté depuis ma jeunesse !

Il n’est pas encore trop tard mais on s’en approche avant, une fois la chute sur le point de se terminer, de devoir constater que « l’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ! ».

Et là, en Europe comme pour la planète, les atterrissages seront sanglants !

Plus proche de nous, davantage dans notre vie quotidienne et heureusement, toutes proportions gardées et sans nier les conséquences sur les plus fragiles et les plus pauvres de nos concitoyens, en France aussi, « l’heure est à la chute » !

Après son accession au plus haut sommet de l’État, au Parlement et à la quasi-totalité des leviers de pouvoir, Monsieur Macron et ses marcheurs accompagnés de tous les ralliés venus en grand nombre « à la soupe » de chez les LR, les socialistes et les verts, (les trois derniers, ces jours-ci sont au devant de la scène : M. Castaner, tête de liste socialiste il y a trois ans en 2015, M. Ferrand député élu socialiste en 2012, M. De Rugy, de son vrai nom François Goullet de Rugy, député écolo jusqu’en 2016 puis membre du groupe PS avant de rejoindre les macronistes en 2017 pour devenir Président de l’Assemblée nationale puis Ministre) …,

Monsieur Macron et ses marcheurs, disais-je, après avoir tout conquis (ou presque) et rêvé de conquérir « le reste », l’Europe en 2019, les communes en 2020, les Régions et les Départements en 2021 avant « un nouveau tour de piste » à l’Elysée en 2022, ont, depuis quelques mois, entamé une chute encore plus rapide que l’ascension.

Il faut dire qu’il y a eu matière et raisons à cela, avec les cadeaux aux très riches et les prélèvements sur tous les autres Français, les destructions sociales et les atteintes aux services publics, l’affaire Benalla (loin d’être terminée), le tout dans un style et un langage qu’il n’est plus utile d’illustrer tant les exemples sont nombreux dans la bouche présidentielle et celles de ses courtisans…

(la dernière en date à l’Elysée, ce samedi, à un jeune chômeur qui se plaint de sa situation, M. Macron qui lui dit qu’il lui suffit de traverser la rue pour trouver un emploi).

C’est honteux et hallucinant !

Sans compter qu’on nous annonce pour bientôt « une marche » vers une retraite par « capitalisation » (avec la retraite à points) à l’encontre des retraites par répartition, de nouvelles coupes budgétaires pour toujours moins de services publics au profit du privé,      un plan « pauvreté » ridicule sur plusieurs années à hauteur de 8 milliards d’euros pour 8 millions de pauvres (1000€ par pauvre sur plusieurs années) alors que la fraude et les évasions fiscales des très riches flirtent avec les 100 milliards d’euros, tandis que les richesses cumulées des très riches, s’élèvent en capital à près de 500 milliards d’euros (avec une augmentation de 25% en un an) !

Pas étonnant (et heureusement) que la côte de popularité du Président se dirige résolument vers les 20% au bout d’à peine 1 an et demi de pouvoir quasi absolu…

Honnêtement je ne m’en réjouis pas car tout cela, en France et en Europe, va nous conduire aux pires désordres dont les premières victimes seront, comme toujours, les plus pauvres, les plus fragiles et les classes moyennes… tandis que les très riches ont déjà fait (ou feront) « émigrer leurs fortunes ». Ce sont d’ailleurs des « migrants » qui sont toujours les bienvenus dans tous les pays…

Au demeurant, si les macronistes eux aussi « en chute libre » essaient de se rassurer en se répétant « jusqu’ici tout va bien »… Attention à l’atterrissage, Il risque d’être rapide et brutal.

Et pendant ce temps-là, pour chacune et chacun d’entre nous, la vie continue, avec ses grands et ses petits moments de plaisirs, de bonheurs, de peines, d’angoisses et de souffrances…

Elle continue aussi pour moi en tant que Maire de Villeneuve d’Ascq et en parallèle à mes combats pour une autre société, en rêvant de « changer la vie ici et maintenant » comme au temps du PS de François Mitterrand…

Que celles et ceux qui ne veulent pas baisser les bras et laisser leur avenir aux mains d’arrivistes et de leurs appareils politiques qui ne veulent que grimper les échelons de leurs carrières politiques…,

me rejoignent au sein d’ « Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2020 »

en vue de participer à « l’aventure d’un nouveau mandat municipal » pour y terminer, bien sûr, nos gros dossiers et projets en cours mais aussi, sinon surtout, en innovant avec détermination dans tout ce qui est de l’humain, de la solidarité, du « vivre ensemble », de l’écologie au quotidien sans oublier la sécurité, pour mieux vivre et mieux faire vivre notre ville via toutes les méthodes possibles de participation citoyenne… qu’elles soient individuelles ou collectives.

Et tout cela au sein d’une MEL (Métropole Européenne Lilloise) qui relaie notre « Ville en Mouvement » tout en l’accompagnant dans son mouvement.

Si j’avais à faire encore une liste municipale en 2020, ce que je déciderai dans quelques mois en vue d’une annonce le 27 février 2019, je choisirai les femmes et les hommes de mon équipe en fonction de leur amour pour notre Ville et de leur engagement à servir leurs concitoyens plus qu’en fonction de leurs étiquettes politiques… sinon, bien sûr, que nous devrons tous partager nos valeurs Républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité, de solidarité et de laïcité, avec toutes leurs conséquences en termes de décisions municipales et d’actions à mener.

Pour ce faire, « ici et maintenant », il suffit pour nous et me rejoindre, qu’on soit déjà ou non élu(e)s, de me l’écrire par mail : gcaudron@nordnet.fr

Nous aurons bientôt une adresse postale et nous avons déjà lancé des réunions de préparation de notre « Projet pour Villeneuve d’Ascq  2020/2026 » auxquelles nous convierons celles et ceux qui manifesteront leur intention de rejoindre (sans cotisation) « Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2020 ».

On le voit : malgré, toutes les morosités ambiantes, « à Villeneuve d’Ascq, on y croit ». J’ai pu encore le constater dans tous les quartiers durant ce week-end des « Journées du Patrimoine », sur les stades et dans les salles, dans nos parcs et autour de nos lacs, dans nos braderies, dans nos équipements culturels et Maisons de Quartier… sans oublier les foules du Grand Stade pour la Coupe Davis et au Stadium autour du rugby…

Oui, vraiment nous sommes « Une ville en Mouvement »… et comment pourrais-je ne pas avoir toujours envie qu’elle le reste ?