intervention de Gérard CAUDRON sur le BP 2019 de la MEL

Monsieur le Président, Monsieur le premier Vice-Président, mes chers collègues

Lors du dernier Conseil Métropolitain, à l’occasion de la présentation du rapport d’orientation budgétaire, j’avais souligné la qualité du projet présenté tout en vous faisant part des craintes qui étaient les miennes :

  • Dégradation d’une conjoncture que l’on nous avait promise durablement sur une pente favorable ;
  • Contractualisation limitant notre capacité à répondre aux attentes légitimes de nos administrés et aux autres dépenses supplémentaires mises à notre charge souvent par l’État
  • Réduction sans précédent des marges de manœuvre laissées aux maires au risque de remettre réellement en cause l’autonomie financière que la Constitution nous garantit.

C’était il y a moins de 2 mois…

J’avais alors limité mon propos aux questions directement relatives aux questions des finances locales.

Mais déjà à ce moment je craignais que les nombreux mécontentements qui s’exprimaient deviennent progressivement incontrôlables et que la France entre dans une période de grande instabilité.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, chaque semaine sur mon blog je publie un carnet dans lequel je commente l’actualité des jours précédents.

Et c’est dans ce cadre que déjà le 24 septembre j’évoquais les conséquences

  • des mécontentements accumulés par les décisions de la première année en terme de cadeaux faits « aux très riches » ;
  • de pauvres plans « pauvreté » ou « santé » qui sont sans commune mesure avec la réalité des problèmes ;
  • de l’annonce de baisses des allocations chômage ;
  • de nouvelles hausses massives de taxes et de tarifs qui toucheront chaque citoyen(ne) dans sa vie quotidienne ;

Certains ont sans doute alors considéré que je jouais « les oiseaux de mauvais augure ».

D’une certaine manière, au regard de la situation actuelle, j’aurais aimé m’être trompé.

Malheureusement j’étais en deçà de la vérité puisque j’imaginais alors que ce serait les élections européennes qui marqueraient la fin de l’euphorie du Président Macron.

 

Il n’a même pas fallu attendre jusque-là.

Ceci pour dire à quel point les enjeux de proximité auxquels doivent faire face nos institutions locales, villes et Métropole, sont essentiels pour sauvegarder la cohésion du territoire, à quel point le budget qui nous est proposé aujourd’hui comme ceux que nous voterons dans nos communes sont importants pour cela.

Ces budgets doivent avant tout être marqués par notre souci de servir la population. Ils doivent nous permettre de financer des actions fortes correspondant aux attentes de nos concitoyens.

Il m’apparait qu’il s’agit là d’objectifs que le projet de budget métropolitain qui nous est présenté pour 2019 est largement construit pour les satisfaire.

La déclinaison des dépenses par politique publique qui nous est présentée montre un effort notable dans ce domaine.

Après avoir déjà augmenté de 56 M€ en 2018, les dépenses dites « directement affectées aux politiques métropolitaines » atteignent 1 436 M€ dans la prévision 2019 et donc en augmentation de 70 M€.

Toutes les politiques publiques voient ainsi leur budget s’accroître, à l’exception du domaine du développement économique dont les crédits avaient, on le sait, été considérablement augmentés l’année dernière (+ 42%).

Je soulignerai tout particulièrement l’augmentation globale de 60 M€ (+10,5%) sur trois politiques essentielles pour le bien vivre ensemble que sont l’aménagement, le logement et la mobilité.

Dans le même temps, le budget présentent des ratios financiers qui laissent apparaître une tendance positive

Les recettes augmentent à un rythme plus soutenu que les dépenses et cela sans augmentation des taux fiscaux, ce qui se traduit mécaniquement par une augmentation des épargnes, avec un taux d’autofinancement qui augmente et une dette qui se stabilise

Le développement revendiqué des politiques métropolitaines s’appuie donc sur des fondations qui apparaissent solides.

Dans ces conditions, le groupe Rassemblement Citoyen et moi-même renouvelleront notre soutien au Président CASTELAIN et à l’exécutif métropolitain en approuvant pleinement le budget 2019 tel qu’il nous a été proposé.

 

Gérard Caudron

Le 14 décembre 2018