Carnet n° 584 du 9 décembre 2019

Alors, en attendant, « je bosse comme jamais » : 10 heures par jour, 70 heures par semaine, sur des dossiers, des courriers, des mails, des arbitrages à faire, des contraintes à gérer, des obstacles à contourner, sans oublier 3000 cartes de vœux à faire à la main comme chaque année, des manœuvres contre moi à essayer de déjouer (dont certaines restent mortelles), des égoïsmes de certain(e)s, des colères légitimes d’autres, de l’isolement et des « peurs du lendemain »…,